Lancement de la version finale de Bing en France

C’est mardi 1er mars 2011 au matin que nous avons appris le lancement de la version finale de Bing en France. La conférence de presse était d’ailleurs retransmise en direct sur le SEO Campus 2011. Très attendue, cette nouvelle version apporte son lot de nouveautés, mais dévoile surtout la stratégie de Microsoft au grand jour. Cette annonce s’apparente plus à un revirement stratégique qu’au lancement d’un service innovant.

Les nouveautés pour l’utilisateur

Lors de la conférence de presse, Microsoft a insisté sur le fait que « le débat de la pertinence est un débat du passé ». Ils considèrent en effet qu’aujourd’hui, leurs résultats de recherches sont au moins aussi pertinents que ceux de Google. Les résultats de recherches se veulent contextualisés et en phase avec l’univers de la requête de l’utilisateur. Si l’utilisateur fait une recherche qui s’apparente à l’univers du cinéma, Bing affiche des résultats cinéma de manière préférentielle dans ce qu’ils appèlent un « encadré Bing ». L’expérience utilisateur est par ailleurs résolument plus visuelle, ce que Bing considère comme un facteur très différenciant par rapport à celui qu’ils appellent sobrement « notre concurrent ».

De ce côté, les nouveautés pour l’utilisateur se cantonnent essentiellement aux deux points mentionnés ci-dessus : des résultats plus pertinents, et une nouvelle manière de naviguer dans les résultats.

Un revirement stratégique

Ce qui a le plus frappé lors de cet événement, c’est la dimension partenariale que Bing souhaite donner aux résultats de son moteur. En effet, dans les encadrés Bing mentionnés plus haut, seront mis en avant en priorité des partenaires. Allociné pour le cinéma, le groupement GIE E-Presse pour la presse en ligne, PagesJaunes pour les recherches locales ainsi que la BNF (projet Gallica uniquement) pour ses ouvrages numérisés.

Bing souhaite ainsi apporter des résultats pertinents à l’utilisateur par le biais de partenariats avec ceux qui font office de référents sur un secteur donné. Nous sommes loin de l’impartialité (certes toute relative) de Google, et cette approche pose de nombreux problèmes. En témoigne la question d’Olivier Andrieu lors de la table ronde avec des représentants français de Bing au SEO Campus : « si j’ai un site sur le cinéma, est-ce que je vais pouvoir me positionner devant Allociné ? ». La réponse, plutôt embarrassée de Microsoft, n’aura pas convaincu grand monde dans la salle.

Des perceptives de croissances réalistes

Microsoft a par ailleurs insisté sur le fait que l’accord passé avec Nokia (accord portant sur l’intégration de Windows Phone 7 à tous les smartphones Nokia) était stratégique au niveau de la recherche. En effet, tous les téléphones vendus dans le cadre de ce partenariat embarqueront Bing comme moteur de recherche par défaut. Point intéressant, Microsoft a révélé que dans le cadre de cet accord, tous les terminaux moyens et bas de gamme motorisés par Symbian seront également équipé de base du moteur de recherche Bing. Microsoft semble donc passer à la vitesse supérieure pour augmenter ses parts de marché, tout en intégrant le fait qu’il ne suffit pas de faire un bon moteur pour qu’il soit adopté par les utilisateurs. L’axe des partenariats sera donc important dans la stratégie de Microsoft qui devrait redoubler d’imagination dans les mois à venir pour proposer les services de son moteur au maximum de partenaires (constructeurs de smartphones, portails web, navigateurs, etc.).

Tout un programme donc, et il conviendra de garder un oeil bienveillant sur son outil de Web Analytics préféré afin de suivre l’évolution du trafic généré par Bing. Une affaire à suivre de plus…